Pourquoi la phycocyanine est-elle si précieuse

Ce principe actif favorise pleinement la production de cellules souches et favorise donc la production de globules blancs, rouges et des plaquettes. L’immunité et la formule sanguine s’en trouvent considérablement améliorées. La phycocyanine soigne la leucémie et les dégâts causés par la radioactivité. Elle inhibe la cassure du brin d’ADN.

Rappelons aussi que la phycocyanine en tant que puissant agent de détoxification du foie et des reins, favorise la synthèse des sels biliaires et l’évacuation fécale du cholestérol.

Elle agit toujours dans les cas de lassitude physique, (production EPO mais pas celle que prennent les coureurs dopés), mentale (à cause des facteurs antioxydants). Elle détoxifie le corps et apaise aussi les enfants hyperactifs.

Incroyables propriétsés de la phycocyanine

Production des cellules souches

De nombreuses études confirment le pouvoir thérapeutique du pigment bleu : la phycocyanine. Ainsi, cette substance facilite la différenciation des cellules souches au sein de la moelle osseuse en stimulant la sécrétion de l’hormone érythropoïétine –EPO- favorisant la production de globules rouges, blancs et plaquettes. La phycocyanine administrée à 270 enfants de Tchernobyl dont la moelle osseuse avait été endommagée par les radiations a permis leur rétablissement en l’espace de six semaines

Indications : anémie, fatigue, oxygénation cellulaire pour les sportifs ( production non illicite d’EPO)

Un antiviral puissant

La faculté de médecine de l’Université Harward à Boston et aussi la Danal Farl Cancer Institute ont pu démontrer en 1996 que la phycocyanine permettait d’inhiber la réplication de V I H ( virus du Sida) dans les lymphocytes T et les cellules sanguines mononucléaires périphériques et, ce à une concentration de 5 à 10 µg par ml. A doses plus fortes, elle stoppait la réplication virale !
D’autres études démontrent la capacité de la phycocyanine et des éléments associés de la spiruline à inhiber d’autres virus tels celui de la grippe, des oreillons, de la rougeole, de l’herpès simplex, du cytomégalovirus. La phycocyanine protège donc la cellule en empêchant la pénétration du virus à travers la membrane. Le virus alors ne peut se multiplieret, il finit par être éliminé.

Le cancer : un sujet brûlant

Des études ont pu démontrer la capacité de la phycocyanine à inhiber les cassures dans les brins d’Adn. Cela permet d’améliorer l’activité enzymatique du noyau cellulaire ainsi que la synthèse réparatrice de l’ADN.

Une étude menée par le professeur Madhawa Raj, chercheur en obstétrique et gynécologie à LSU Health Sciences Center Nouvelle-Orléans, a constaté qu’un cocktail de six composés naturels de légumes , fruits, épices et racines, a éradiqué à 100% des cellules de cancer du sein sur un échantillon de malades et ce, sans effets secondaires toxiques sur les cellules saines. Les résultats sont publiés dans le numéro de Novembre 2013 « le Journal of Cancer »
« Une des principales causes de la récidive du cancer du sein et du décès qui survient est un petit groupe de cellules souches du cancer qui échappent à la thérapie», note le Dr Raj. « Ces cellules souvent multi-résistantes aux médicaments ont la capacité de générer de nouvelles tumeurs. Il est donc extrêmement important de développer de nouvelles approches d’une part plus efficaces et d’autre part plus sûres dans le traitement ou la prévention du cancer du sein. »

 

Sûrement  un des plus puissant antioxydant connu à ce jour

Les radicaux libres engendrent des réactions en chaîne qui endommagent les phospholipides des membranes de toutes nos cellules.
Conséquence : vieillissement et pathologies dégénératives.
Afin de contrer ce phénomène, notre corps produit lui-même des antioxydants puissants comme la superoxyde dismutase (SOD) la catalase et la gluthation peroxydase.
Il existe des antioxydants trouvés dans une alimentation naturelle. Les plus connus sont le bêta-carotène, les vitamines C et E pour n’en citer que quelque uns
Des études complémentaires démontrent que la phycocyanine a une activité antioxydante 70 fois plus grande que la SOD, 20 fois plus performante que les vitamines C et E.

Une importante protection hépatique !

La phycocyanine est détoxifiante et protège le foie. Elle diminue l’hépato toxicité engendrée par n’importe quel produit chimique. Le fait est qu’elle est capable de se lier aux acides biliaires et, elle assure l’évacuation fécale du cholestérol et des acides biliaires.
Indications : affections hépatiques, intoxications chroniques par les métaux lourds, chimiothérapies, hypercholestérolémie….

Un espoir contre la leucémie

Des chercheurs chinois ont prouvé que parce qu’elle agissait sur la production de cellules souches, la phycocyanine permettrait de normaliser le nombre de globules blancs et d’empêcher l’évolution de la leucémie myéloïde chronique. Actuellement, la chimiothérapie ne permet que de normaliser le nombre de globules blancs sans empêcher le cours de la maladie et on fait souvent appel à la greffe de moelle osseuse. La phycocyanine serait un grand espoir pour celles et ceux atteints de leucémie chronique ou aiguë. La phycocyanine aide à stopper la phase de développement des cellules ainsi que la production de substances nécessaires à la division des cellules responsables de la leucémie myéloïde chronique. Ceci reste un grand espoir dans le traitement de cette maladie.

Un système immunitaire optimisé

La phycocyanine comme immuno-modulateur dynamise les fonctions du thymus (ce dernier joue un rôle important dans l’immunité cellulaire). Nous avons vu précédemment que la phycocyanine activait les cellules souches de la moelle osseuse. Retenons que celles-ci sont à l’origine de la production de l’ensemble des globules blancs (sans vouloir tous les énumérer, sachez que chacun a un rôle bien défini dans le corps). La phycocyanine favorise leur activité.

Un microbe pénètre dans le corps, ce sont les neutrophiles et les macrophages qui répondent rapidement. Ils phagocytent les bactéries puis éliminent les matières mortes. Ils sont attirés sur le site concerné par le microbe mais aussi par ce que l’on nomme le CSF (facteur destiné à développer la croissance de nouvelles cellules en l’occurrence les globules blancs). C’est toujours la phycocyanine qui majore cette activité.

Il se trouve donc que la phycocyanine influe grandement sur le nombre de colonies CSF ; Il est indéniable que la phycocyanine active aussi la production d’éosinophiles, de basophiles mais surtout et avant tout de lymphocytes B et lymphocytes T. Ces derniers, migrant de la moelle osseuse vers le thymus, sont véritablement « dopés » par la présence de phycocyanine, de même les cellules NK spécialisées dans la destruction de cellules infectées par des virus qui ciblent les cellules cancéreuses.

De plus, la phycocyanine diminue voire éradique les inflammations allergiques en abaissant l’excès d’immunoglobulines E ( IgE).
Il semble que la phycocyanine accroisse favorablement le taux d’Ig A et, c’est précisément celle-ci qui renforce le système immunitaire muqueux – nous retrouvons une muqueuse, au sein du tube digestif, de l’appareil respiratoire, urinaire, génital ainsi qu’au niveau de l’œil. Elle participe aussi à la résistance au stress.

La phycocyanine est l’élément le plus noble de la spiruline et de laklamath. Sans cette substance, les cyanobactéries dont la spiruline fait partie n’existeraient pas !
La phycocyanine est un pigment bleu qui capture l’énergie lumineuse (solaire) qui sera ensuite transformée dans l’usine cellulaire en énergie biochimique. C’est donc la capacité à capter les photons lumineux qui explique les remarquables qualités de la phycocyanine.

 

Extraction de  la phycocyanine : un processus essentiel
Un élément majeur : la matière de base de l’extraction de la phycocyanine est de la spiruline fraîche et non en poudre, car le processus de séchage est toujours destructeur d’une partie des principes actifs.
La spiruline est cultivée en photo-bioréacteur (conditions contrôlées : ph, lumière, température, sécurité microbiologique…) et concentrée par une méthode de culture spéciale afin d’arriver à la densité optique nécessaire à l’extraction de la phycocyanine.
Ce procédé permet d’obtenir une phycocyanine très concentrée (400 mg/100 ml) et sous la forme native (extrait fluide) qui présente des avantages « santé » nettement supérieurs par rapport aux formes déshydratées généralement utilisées dans les compléments alimentaires
source de vie.

 

Pour les efforts courts, la Menthe poivrée par voie sublinguale  est une incontournable ; à elle toute seule, elle peut changer le déroulement des évènements d’une manière très favorable. On rajoutera la voie olfactive, c’est-à-dire que l’on respirera profondément sa fragrance avant et pendant l’effort. En effet, ses propriétés tonifiantes générales mettent en mouvement l’ensemble des grandes fonctions de l’organisme (circulation, digestion, respiration et système nerveux), sa légèreté et sa fraîcheur faitpétiller le mental ; la respirer éclaircit les idées, aiguise les capacités de concentration ainsi que la vigilance.

Pour les sportifs endurants, la Menthe poivrée sera aussi importante, mais plus pour son côté stimulant, et rafraîchissant, elle diminue la sensation de soif, active la circulation sanguine pour une meilleure irrigation périphérique. Le massage thoracique proposé dans le protocole de la synergie « optimiser sa condition physique » est, pour ces sujets incontournable, il ouvre les poumons, accélère l’accroche cardio-respiratoire caractéristique des efforts longs pour aider à trouver le second souffle, et le bien-être pendant l’effort. Respirer cette même synergie complète son application thoracique en favorisant directement l’échange gazeux par les muqueuses ORL. L’interface pulmonaire décongestionnée et purifiée, remplit sa fonction de renouvellement des gaz du sang plus efficacement, élimination du gaz carbonique et meilleure oxygénation du sang.

Algovita
Algovita